Un bâtiment révolutionnaire .

Innovation et développement durable au cœur du nouveau palais de justice


Le bâtiment

Le bâtiment de 160 mètres de hauteur dessiné par l’architecte Renzo Piano, est constitué de trois éléments fonctionnels distincts bénéficiant largement de la lumière naturelle :
- Le « socle » accueille les salles d’audiences où la justice est rendue. Il est accessible au public par une salle des pas perdus conçue comme un vaste déambulatoire ;
- Bâtiment jouxtant le « socle » et en lien direct avec ce dernier, le « bastion » regroupe les espaces de détentions des personnes appelées à comparaître. Positionné sur une nouvelle voie, baptisée rue du Bastion, il longe les anciennes fortifications de Thiers ;
- Surmontant le socle, trois blocs regroupant les services juridictionnels et administratifs du palais se superposent. D’une dizaine d’étages chacun, ils donnent sur trois grandes terrasses arborées et sont composés principalement de bureaux et de salles de réunions.


Composé d’espaces ouverts au public (salle des pas perdus, accueil et salles d’audience, accessibles depuis le parvis) et d’espaces réservés (espaces tertiaires de travail, espaces de services, espaces sécurisés), le futur palais de justice de Paris alliera modernité et performance dans le respect des enveloppes budgétaires. Son programme performant contribuera fortement à l’évolution du quartier Clichy-Batignolles et il proposera des espaces au service du justiciable, pour une prise en charge digne des victimes comme des prévenus, qu’ils comparaissent libres ou incarcérés.

Le Palais vu par son architecte


Les objectifs de développement durable

Le recours à la ventilation naturelle, les terrasses arborées, l’intégration de panneaux photovoltaïques sont autant d’éléments qui visent à conférer au futur Palais de Justice de Paris un statut de référence en matière de consommation énergétique pour un immeuble de cette hauteur. Il répond aux exigences fixées pour la création de l’éco-quartier Clichy-Batignolles, respectueux de la qualité de vie et de l’environnement, mais également tend vers celles fixées par le plan Climat de la Ville de Paris. Les enjeux de développement durable ont d’ailleurs été intégrés dès l’origine du projet.


Obtenir la certification HQE (Haute Qualité Environnementale), au travers d’audits en phases de conception, de réalisation et d’exploitation, est un objectif majeur de ce projet. Le bâtiment limitera ainsi sa consommation énergétique à la moitié des plus récentes tours de bureaux construites à La Défense.

Le futur bâtiment conjugue geste architectural, hautes performances énergétiques et confort des utilisateurs.


Zoom sur :

Les façades

Aérien, transparent, permettant à chacun des utilisateurs de bénéficier de la lumière naturelle, le futur palais de justice de Paris s’inscrira dans le paysage, entre Montmartre et la Défense.
Sa façade traduit un jeu subtil de reflets et de transparence.
La quasi-totalité des bureaux bénéficie d’une vraie vue sur paris. La lumière naturelle est présente partout, notamment dans les circulations et sur les paliers d’ascenseur.


Zoom sur :

La végétation

Une cascade de 3 terrasses arborées, en plein ciel de Paris.
Près de 10 000 m² de terrasses plantées de chênes et d’arbres à haute tiges seront l’emblème de ce bâtiment à l’horizon du Grand Paris.


Zoom sur :

Les flux

À la fois emblème de la Justice et bâtiment fonctionnel, tant pour les acteurs du monde judiciaire que pour les usagers, le futur palais de justice de Paris est conçu pour faciliter l’accueil et l’orientation et ainsi réduire les déplacements. L’entrée du public est dimensionnée pour que l’accès, même aux heures pleines, se fasse de façon particulièrement fluide. Par ailleurs, le bâtiment a été conçu en intégrant des circulations destinées aux personnes à mobilité réduite clairement identifiables.
Flexible et pérenne, l’arrangement intérieur du palais de justice pourra évoluer facilement au fil des années.

© copyright arelia 2017 / designed with love by EGUE